29 novembre 2008

Nada

C'est vrai que je n'ai rien foutu depuis longtemps.C'est vrai que ce blog commence à me faire chier.C'est vrai que les thymorégulateurs me laissent souvent un grand trou vide entre les oreilles. Expérience finalement plutôt agréable, mais n'encourageant pas la « créativité ».C'est vrai que la gamine est prenante, mais finalement de moins en moins.Sur le fond, c'est une question de motivation : quoi écrire et pour qui ? Sans tomber dans un éternel ressassement. Et ça ne va pas s'arranger : je recommence à travailler à partir de lundi... [Lire la suite]
Posté par memapa à 17:44 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

25 octobre 2008

Signe particulier

Quand j'avais 8 ou 10 ans, je me suis rendu compte que ma carte d'identité ou je ne sais plus quelle pièce administrative du même acabit comportant à la ligne signe particulier : aucun. Je fus assez vexé, car à l'époque, j'en avais un, de signe particulier : une tache de naissance brun foncé qui, avec ma croissance, s'était dilatée et avait pâli, donnant, de ce fait, toujours l'impression que j'avais le cou sale, du côté droit.Et puis, un signe particulier, c'était toujours ce que possédaient les héros : une marque en forme d'étoile... [Lire la suite]
Posté par memapa à 15:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
23 octobre 2008

Qu'est-ce que je disais ...

Dans cet article, je parlais de la merveilleuse justice de notre pays (à laquelle évidemment je fais confiance parce que, moi, je ne suis pas un personnage de fiction). Et sur quoi je tombe ? Sur une dépêche AFP comme quoi un mec a été condamné à 800 euros d'amende parce qu'en substance, il a comparé Sarkozy à une survivance du pétainisme. En langage juridique, ça s'appelle outrage à personne dépositaire d'une autorité publique. En substance, interdit d'insulter un monarque de droit presque divin et ses commensaux. Aux USA, on fait... [Lire la suite]
Posté par memapa à 13:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
20 octobre 2008

Roustons pilés

On nous les brise avec les élections américaines et on ne compte plus les blogs, sites et autres lieux d'information opportunistes consacrés à l'évènement.Par exemple, ILovePolitics, plus soucieux d'étaler ses référencements et à pisser dans le sens du vent, qu'à s'interroger sur, justement, l'intêret que peuvent présenter ces élections pour les non-américains du nord et même pour eux. Il faut dire aussi qu'avec les pointures qui  y sévissent (une journaliste de BFM et un ex de HEC), on ne pouvait pas s'attendre à grand chose de... [Lire la suite]
Posté par memapa à 23:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
15 octobre 2008

Orwell

Orwell était un type bien. Par exemple, même s'il ne partageait pas du tout les opinions politiques d'un écrivain, il faisait des critiques louangeuses de ses livres si c'était un bon écrivain (Chesterton dans son cas). Il était prêt à défendre la liberté d'opinion même pour ses adversaires, fussent-ils des pro-nazis ou apparentés ou à relever les inepties des gens a priori de son bord. Vertus aujourd'hui disparues, serait-on tenté de dire, mais on va justement y revenir.  Il a tenu une rubrique plus ou moins hebdomadaire... [Lire la suite]
Posté par memapa à 07:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 octobre 2008

Pierre et Robert

Pierre Drieu la Rochelle est un écrivain français né en 1893 et qui, durant l'occupation, finit par devenir directeur de la NRF. Peu après, devant la supériorité quantitative et parfois qualitative du matériel anglo-saxon, ses soutiens se réfugient derrière la ligne Siegfried et Pierre, soumis à la pression de revanchards sans coeur, est contraint de se suicider, plutôt que risquer de passer en jugement pour haute trahison et intelligence avec l'ennemi. Robert Desnos est un écrivain français né en 1900 et qui, durant l'occupation,... [Lire la suite]
Posté par memapa à 00:13 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

11 octobre 2008

Tuons les grands hommes

Ellroy est un gros branleur. Ellroy est aussi L'écrivain de polar de référence en France, surtout chez les gens qui ne lisent pas de polars. Une sorte de Fred Vargas US. Naaan, je suis méchant. Mais il y a un peu de ça quand même.Ellroy est une tête de noeud qui en rajoute dans le genre néo-conservateur crypto-pervers qui joue et surjoue son rôle. Ca impressionne beaucoup les gens qui aiment bien vivre par procuration et qui , ayant fumé un joint, n'en peuvent plus de lire un type qui reniflait les petites culottes dans les baraques... [Lire la suite]
Posté par memapa à 14:58 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
07 octobre 2008

La pétasse Gucci

Pour calmer la louloutte, car la louloutte est une hurleuse, un truc qui marche de temps en temps : lui chanter des chansons tout en la berçant. Comme j'ai passé ma prime enfance enfermé dans une cave à disputer ma maigre pitance à des rats agressifs et colossaux, je n'ai évidemment aucun souvenir de beurceuse à lui chantonner, à la pitchoune. Alors j'improvise des trucs d'un goût douteux, tout en sachant qu'elle n'y comprend pour le moment que pouic aux paroles. Voici donc (sur un vague air de blues) : La pétasse GucciUn jour,... [Lire la suite]
Posté par memapa à 17:14 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
05 octobre 2008

Les amoureux

Le problème quand on est parents, c'est que l'on est plus des amoureux.Et que B'. et moi, notre fonction dans l'existence, celle qu'on a choisie, c'est d'être des amoureux.Pas qu'en soit le fait d'être mère/père empêche de l'être.Mais en pratique, quand on se transforme en zombies tout dévoués à l'élevage de l'homonculesse, on ne peut plus l'être. Plus le temps, plus l'énergie, plus la motivation.C'est B'. que ça a rendu folle au début. Son amoureux s'éloignait, sans qu'elle pût rien y faire, au fur et à mesure qu'elle se transformait... [Lire la suite]
Posté par memapa à 23:56 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
30 septembre 2008

L'élevage

Sachez-le, l'élevage, c'est l'enfer. B'. a été la première a craquer. Entassés l'un sur l'autre, quasi obligés de ne jamais sortir de l'appartement, à vérifier que la petite gnomette ne s'étouffe pas, boit bien son lolo ou chie une merde onctueuse et récurrente, ça l'a rendue à moitié folle.On vivait pas ensemble. Parce que, l'un comme l'autre, on ne concevait pas comment c'était possible d'aimer quelqu'un en étant sans cesse dans ses jambes. Comme elle le dit elle même : Moins je te vois, et plus je t'aime. N'allez pas en conclure... [Lire la suite]
Posté par memapa à 00:25 - - Commentaires [12] - Permalien [#]