19 mars 2009

Plat, c'est beau ; épais, c'est laid

Je l'ai déjà dit ici même, l'homéopathie, j'y crois autant qu'à la venue d'un type en traineau tiré par des rennes le 24 décembre. J'ai même réussi à convaincre B'. N'étant pas un true believer, et ne se sentant pas agressée par la remise en cause d'un dogme fondamental, elle a accepté de discuter et a finit par admettre la justesse de mon point de vue. Ce qui ne l'empêche pas de continuer d'utiliser les petites granules Boiron pour des raisons qu'on verra plus loin. Les deux premiers arguments contre l'homéopathie sont connus et... [Lire la suite]
Posté par memapa à 15:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

18 mars 2009

La vérité sort de la bouche des mamans

- (B'.) Je suis contente qu'on ait eu une fille. C'est plus facile d'être une fille.- (Moi, jamais en retard d'un cliché) Ah bon ? Je croyais que c'était l'inverse ...- Naan ... Une fille a le droit d'être un garçon manqué. Un garçon n'a pas le droit d'être une fille manquée.- On pense tout de suite qu'il est pédé...- C'est pas vraiment ça ... En fait, c'est presque pire s'il n'est pas pédé ; il n'entre dans aucune catégorie ...
Posté par memapa à 10:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mars 2009

Sigmund, ne vois-tu rien venir ?

J'ai remarqué un truc : la psychanalyse a mauvaise presse. Ca suffit déjà à me la rendre sympathique. Sans compter qu'avec le temps, j'ai bien du admettre qu'il y avait un gros fond de vérité, malgré des prémisses douteuses. Hein ? C'est un peu léger pour un article ? Bon, alors on continue : pourquoi la psychanalyse a-t-elle mauvaise presse ? D'abord, c'est le retour du refoulé chez les cons. De la même façon qu'un nombre croissant d'imbéciles sont persuadés qu'il y a 20 ans (et même maintenant) les bolchéviques trustaient... [Lire la suite]
Posté par memapa à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mars 2009

Quelques paroles définitives

Nikita-jolie-fleur-de-java écrit que le cinéma ça pue du cul. En substance. Et je suis d'accord avec lui. Toutefois, si j'ai bien compris, il lui reproche de ne pas arriver à la cheville de la littérature et de faire croire que. Alors que pour moi, c'est plutôt un gage de qualité. Je résume : La littérature est morte Le cinéma est moribond (mais de temps à autre, il bande encore) Le théâtre est six pieds sous terre Les seuls arts vivants sont la télé (ultime paradoxe), les jeux vidéos et éventuellement la BD (quoi que... [Lire la suite]
Posté par memapa à 01:44 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
06 mars 2009

Le goût des choses mortes

Quelque part sur le net quelqu'un faisait un lien vers un blog d'un psychanalyste - écrivain chez P.O.L de surcroît, lequel parlait d'une peintre contemporaine dont on pouvait entendre la voix récitant un texte d'elle via une autre url. En dissertant sur la différence de grain, de tessiture de sa voix par rapport à d'habitude. Très précieux et pointu, pour ne pas dire fin de race. Le goût des choses mortes.Encore que ... Le goût des choses mortes ...Quel goût peuvent donc avoir les choses mortes ? Pour commencer, il me semble qu'on ne... [Lire la suite]
Posté par memapa à 16:08 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
01 mars 2009

Journaliste : pourquoi pas moi ?

Elle se plaignait dans ce café bruyant. [Pourquoi les gens apprécient-ils autant les cafés où la musique est tellement poussée à fond que l'on entend rien ou presque de ce que raconte l'interlocuteur ? A cause du signe de convivialité que le doigt de la musique indique ? Ce doigt qui désigne la lune mais qui est le seul à être remarqué.] « Se plaindre » est peut-être un terme légèrement excessif. Mais ce que j'entendais n'était aussi qu'une reconstitution plausible de ce qu'elle articulait dans le raffut. Je peux donc me... [Lire la suite]
Posté par memapa à 23:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

22 février 2009

Possibles

Piégée par l'horreur de ton corps, par cette peau infidèle qui te colle sans te parer, que tu ne veux plus voir, que tu évacues en gardant la tête baissée ou vers le plafond quand tu passes dans la salle de bain ou lorsque tu sors du lit ou plutôt lorsque tu enlèves ce pyjama 3 tailles au dessus pour enfiler les vêtements consacrés pour affronter l'extérieur, piégée donc par cette nausée et ce dégoût, tu restes à regarder des parcelles anodines de ta chair ; cette palmure entre pouce et index, le fin réseau des capillaires à peine... [Lire la suite]
Posté par memapa à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2009

Quand je dis qu'un film est mauvais, vous pouvez me croire sur parole ...

Et merci à B'. qui m'a « obligé » à regarder ce film jusqu'au bout puisque seules les dernières minutes valent le coup et permettent de comprendre en un instant d'une aveuglante clarté pourquoi il y a plutôt de l'être que du non-être (pour permettre des fins de films comme celles-ci). (Cette merveilleuse production vient de chez l'indien chez qui j'achète les bonnets 100% acrylique qui chauffent la tête au delà du possible et que je perds avec une belle régularité)
Posté par memapa à 00:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 janvier 2009

Eyeless in Gaza (Pourquoi la gauche est mal barrée, I)

Ce pourrait être le premier article d'une série : « Pourquoi la gauche est mal barrée ».Ce sera - au moins - un article né d'une exaspération bien légitime. Ce sera à propos des aventures de méchant Tsahal au pays enchanté de Gaza. Ce sera sur les gentils degôches qui se font manipuler par les media - surtout quand dans le même temps ils sont prêts à croire aux délires complotistes les plus fumeux ; genre c'est la CIA qui a fait sauter le World Trade Center, offrant à Bush un prétexte pour envahir l'Irak - à coté de ça, Le Protocole... [Lire la suite]
Posté par memapa à 23:25 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
27 janvier 2009

Dédicace à OK Corral

Un samedi soir ; je ne savais pas trop si je devais y aller ou pas, la gamine dont il fallait s'occuper, tout ça. Mais bon, justement, raison de plus pour sortir. D'autant que j'avais un motif : une fille dédicaçait son livre dans un bar, j'avais envie d'aller dans un bar, et comme je ne l'avais jamais vu en vrai (la fille), ça pouvait satisfaire une curiosité basique pour le même prix. Comme quoi, il ne m'en faut pas beaucoup. Je ne la sentais pas trop cette affaire. Pas de raison précise, mais un gros malaise commençait à prendre... [Lire la suite]
Posté par memapa à 21:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]