06 octobre 2009

Le dictaphone

Le dictaphone, c'est autre chose. Je l'écoute en me disant qu'elle est tout et que je ne suis rien, possible que j'en sois amoureux, mais quand j'entends cette voix, sur cette cassette, pas quand je suis avec elle , en vrai, en face à face. Amoureux, pas tant de la voix, que de la personne que j'extrapole à partir de cette voix, personne qui n'a pas grand chose à voir celle qui se tient devant moi, debout ou assise, que j'écoute et à qui je réponds. La cassette dit : Souvent je rêve que je vole, près des falaises, nue, effrayant les... [Lire la suite]
Posté par memapa à 14:55 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

18 août 2009

Couper les couilles

En quelque sorte, c'est l'idéal. J'aurais pu avoir recours à une intervention chirurgicale. Comprendre : me couper les couilles ou me les faire couper. Je n'ai pas eu ce courage. Les opiacés, régulièrement absorbés, ont la même fonction. Le tout, c'est la régularité. Evidemment, hors de question d'embrasser la plus belle fille de la famille. J'ai donc eu droit au laideron, mais je ne m'en plains pas ; facile à déflorer, facile à trouver, facile à avaler. Une bouteille de sirop. Deux fois par jour : le matin en me levant et le soir,... [Lire la suite]
Posté par memapa à 23:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 juillet 2009

La joie par le travail

On était logés dans 3 baraques à 8 lits superposés, avec un poêle dans un coin et une table au centre. Soit plus de 70 personnes. Les chefs de file avaient droit à une maison à la fois bien plus grande et où ils n'étaient pas entassés comme nous. Contrairement à ce qu'on raconte, ça se passait plutôt bien, vues les circonstances. Peut-être que des mecs s'enculaient dans les bois, mais, moi, je n'ai jamais rien vu, ni même entendu parler à l'époque. On se levait tôt, vers les cinq heures, et on partait sur le chantier tout de suite... [Lire la suite]
Posté par memapa à 20:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2009

Plante en pot

Vous vous êtes déjà trouvé à un moment donné dans un endroit tout aussi donné où vous n'aviez rien à faire mais que des obligations diverses vous avaient imposé. Typiquement un vernissage où tout le monde semble connaître tout le monde, sauf vous qui ne connaissez personne et où personne ne vous connait. Alors vous avez timidement croqué quelques amuse-gueules, bu un ou deux verres (mais pas suffisamment pour être torché au point d'être satisfait de tout et n'importe quoi), tenu les murs, arpenté les passages bondés en murmurant des «... [Lire la suite]
Posté par memapa à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2009

l'Auzeure Story

Il la collait comme un arapède ou un rémora, non pas que je veuille insinuer qu’elle soit une digne représentante de la famille des squales, la malheureuse, elle avait déjà bien assez de mal pour rentrer chez elle en tractant le parasite solidement arrimé dans son sillage. Ca avait commencé plus tôt, impossible de s’en dépêtrer, du très collant, celui qui s'égouttait littéralement sur ses genoux parce que, elle, c’était comme une aube au dessus des ruines de Babylone ou des cités perdues des mayas, livrées aux perroquets dyslexiques... [Lire la suite]
Posté par memapa à 01:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mai 2009

Encore une belle histoire

Il prétendait que le temps lui filait entre les doigts pour venir s’accumuler en graisse à hauteur de la ceinture. Que ses dents, comme ses cheveux, tombaient. Qu’il s’avachissait, devenait une serpillière dotée de poumons encrassés, de guiboles de plus en plus cagneuses, et d’un néo-cortex bas de gamme qui partait en sucette.Qu’avant c’était un homme à femmes. Avant d’enfler, de ralentir de partout et de s’enlaidir.Je le savais bien, moi, qu’il n’avait jamais été ce qu’on appelle un « homme à femmes ». Même à sa grande époque, quand... [Lire la suite]
Posté par memapa à 23:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 février 2009

Possibles

Piégée par l'horreur de ton corps, par cette peau infidèle qui te colle sans te parer, que tu ne veux plus voir, que tu évacues en gardant la tête baissée ou vers le plafond quand tu passes dans la salle de bain ou lorsque tu sors du lit ou plutôt lorsque tu enlèves ce pyjama 3 tailles au dessus pour enfiler les vêtements consacrés pour affronter l'extérieur, piégée donc par cette nausée et ce dégoût, tu restes à regarder des parcelles anodines de ta chair ; cette palmure entre pouce et index, le fin réseau des capillaires à peine... [Lire la suite]
Posté par memapa à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2008

Prière

Je voudrais coucher non pas avec toi ni dans toi mais sur toi chose inerte posée uniquement motivée par les multiples sucions des pores en contact et toi immobile à patienter à attendre la fin de la séance à fixer les fissures au plafond mais sur ma demande cette fois rien à faire pour toi sinon supporter ma masse et peut-être ma sueur ou une odeur un peu désagréable rien de sexuel donc un simple attouchement de la tête aux pieds dans la durée et dans une parfaite immobilité Tu aurais accepté parce que je t'aurais tannée pendant... [Lire la suite]
Posté par memapa à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 septembre 2008

Une histoire avec une fille

Il pleuvait et plutôt que de rester dans la masse des fumeurs sous l'auvent, nous n'avions pas hésité et étions sortis sous les gouttes.Nous discutions de choses graves, de l'amour, du sexe, de l'un sans l'autre, et cette gravité rendait dérisoire la bruine qui tapissait le sommet de mon crâne nu, et, elle, son épaisse toison ovine.J'avais versé dans ma bière le Dilaudid importé par la poste du Honduras, et je flottai entre deux eaux, à la fois focalisé et béat, prêt à tout sans être capable de me décider pour quoi que ce soit.Elle... [Lire la suite]
Posté par memapa à 01:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 août 2008

Following

L'astuce est de traverser, dans un sens puis dans l'autre : les voitures qui se trouvent à l'arrêt - à cause du feu - ne sont jamais les mêmes, et personne ne peut deviner que je passe mon temps à emprunter le passage clouté alternativement ouest-est et est-ouest. Que je fais le guet. Que je profite de ces quelques pas pour jeter un coup d'oeil aux portières de la première rangée. Il faut que la bagnole soit d'un modèle déjà ancien, sans condamnation centralisée, ni ce bouton - généralement devant le changement de vitesse - qui permet... [Lire la suite]
Posté par memapa à 23:56 - - Commentaires [3] - Permalien [#]