Y. me racontait qu'au Japon, il y avait des mangas antisémites. Ce qui est très fort, puisqu'on peut considérer qu'il n'y a pas de juifs au pays du soleil levant (ou alors les quelques individus qui s'y trouvent ont du être importés par une poignée de syndicats d'initiative pour donner un cachet plus "occidental" à l'archipel).
En fait - et depuis peu - j'ai encore mieux.
Jugez plutôt : en aout 1945, les japonais reçoivent des nazis une arme hyper-secrête, à savoir une jeune juive d'ascendance japonaise dotée de pouvoir psys sur laquelle ont bossé tous les Mengele du pays. Et ils partent - les japonais - pour éviter qu'une troisième bombe atomique ne soit balancée sur Tokyo, avec Paula dans le rôle du sonar de la mort, histoire d'anéantir les diverses forces navales US qui pourraient se trouver sur leur chemin. Pour que ce soit un minimum crédible, Paula se trouve affublée d'un long nez aquilin (chez les chinois et les japonais, long-nez = occidental).
Cette merveille s'appelle Lorelei, et a parait-il été au box-office national en 2005, ce qui ne m'étonne que peu, étant donné qu'elle ruisselle de patriotisme (certes humaniste) et de bons sentiments.
Dire que c'est mauvais relève de l'euphémisme mutin, malgré les paquets de yens injectés dans la production. Pour commencer, on ne comprend pas tout, à croire que le montage a été fait en dépit du bon sens : au bout de 30 minutes de métrage, on apprend qu'une troisième bombe va être lachée sur Tokyo et tout le monde s'affole et court dans tous les coins. 20 minutes plus tard, on apprend de nouveau qu'une troisième bombe va être lachée sur Tokyo et tout le monde s'affole et court dans tous les coins. Et c'est tout le temps comme ça, d'autant que le sous-titrage est des plus approximatif, ceci pouvant expliquer cela.
En vérité, c'est du portnawak généralisé du début jusqu'à la fin : déjà comment les nazis qui ont signé une capitulation sans condition début mai 45 ont-ils réussi à envoyer une arme secrête au Japon qui n'arrive que 3 mois plus tard ? Comment les japonais font-ils fonctionner à l'arrache un sous-marin où tout est écrit en allemand (c'est le sous-marin + Paula qui constituent l'arme secrête) ? Comment font-ils pour abattre le B-29 porteur de la bombe avec des canons de marine de 203 ? Pourquoi les américains sont-ils si mauvais quand il s'agit de les couler ? Pourquoi les CGI qui sont honnêtes de nuit sont-ils aussi désespérants en plein jour ? Pourquoi la bande son est-elle aussi pourrie et donne l'impression d'être passée à travers un filtre passe-bas ? Pourquoi le sous-marin allemand ressemble comme deux gouttes d'eau au « Surcouf », un sous-marin français désarmé en 1940 (j'en sais des choses, hein ?) ? Pourquoi l'acteur fétiche de K. Kurosawa tourne-t-il dans cette daube ?
Autant de questions qui restent non élucidées ...

A noter toutefois que cette idée de la troisième bombe n'est pas nouvelle : j'avais écrit un scénario sur le sujet il y a 20 ans de cela. 15 ans après, j'ai retrouvé la même chose dans une BD (de Yann, je crois), avec les mêmes péripéties, puisque récupérer la bombe ne suffit pas, il faut aussi le détonateur sans quoi elle n'est d'aucune utilité. Et voilà que je la retrouve dans ce Z à gros budget. Comme quoi il y a du vrai dans ce dicton : « si vous avez une idée, vous pouvez être sûr qu'au moins 10, si ce n'est 100 personnes ont la même quelque part dans le monde » ....