Un des ces 4, j'aimerais lire un blog, ou un livre, ou voir un film de quelqu'un qui n'aime pas Mozart. Ce serait une sorte de soulagement, les oreilles reposées, après l'aria des mainates. Quelqu'un qui a eu sa dose de cette muzak pour civilisation, et qui proteste, comme l'on ronchonne en entrant dans l'ascenseur et que la musique se déclenche. Dans un monde où Mozart est estampillé divin par des gens dont le goût n'est rien moins qu'assuré, ce serait une victoire.
Ou celui qui excècre l'Opéra. Vous savez, les grosses dames qui brâment des insanités sur scènes, accompagnées par des mélodies limitées mais tonitruantes.
Ou celui qui n'aime pas la littérature.
Ou celle qui ne confond pas peinture et figuratif.

Des agnostiques du culturel sociétal.

Les seul(e)s à posséder une vision neuve. Au moins troublante. Les seul(e)s à tirer du frais, du surprenant des petites cavernes à l'intérieur d'eux/elles mêmes. Les seul(e)s en fait à posséder ces réserves d'individualité, et qui ne le proclament pas avec force moulinets de bras contrairement à la horde des assujetis au Zeitgeist. Les seul(e)s a ne pas être agi(e)s par la rivalité mimétique. Les justes. Ceux/celles qui iraient au Paradis, si ce dernier existait.